Poèmes

Des tractopelles dans les blés

A P.B

Je claque la portière
Et pose mon cul
Sur un capot
Encore chaud
Et dégueulasse.
J’devrais le laver,
Mais j’ai la flemme,
Et il y a des traces noires
Sur la peinture rouge.
Je lève le nez vers les astres,
J’les regarde de longues minutes,
Comme j’pouvais l’faire
Quand j’étais gamin,
Et que j’avais pas encore
Ce besoin constant
De m’défoncer.
J’ai traversé le village,
Au volant d’ma Volkswagen,
Pour voir les endroits
Où on traînait,
Il y a dix piges,
Peut-être un peu plus.
J’ai vu l’ancienne baraque
De tes parents,
Les volets de ta chambre,
Et l’muret sur lequel on s’asseyait
Comme sur un banc d’cité.
J’ai vu l’école, aussi,
Et l’terrain d’foot,
Et tout a un peu changé.
Il y a toujours plus de raque-ba,
Plus de gens,
Milfs maquillées
Comme voitures volées
A la sortie de l’école,
Et ils ont défoncé blés
Et tournesols,
Pour bétonner les champs
De notre enfance.
Fais chier.
Le seum dans l’ventre,
Entre le foie et l’estomac,
J’attrape mon phone
Et lance cette musique
Qu’on écoutait chaque soir,
En continuant de ressasser,
Encore les mêmes conneries,
Qu’à l’époque.
Putain.

/by Volk

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :