Poèmes

A Gérardmer

Une ville horizontale
géographie de la solitude
et la route ensevelie sous une neige noire
trouble pâteuse
comme du brouillard qui aurait durci.

Au sommet de la montagne
un girophare d’ambulance se leste de sa lumière
bleue comme un mauvais rêve
laquelle dévale une pente
et glisse jusqu’à mes pieds
moi qui marche au bord de la route
en face des odeurs de vieux bois
des rires qui polluent l’atmosphère
et qui s’installent durablement
quelque part entre ciel et terre
pour s’étirer et se retrouver eux aussi
à l’horizontale.

Deux coeurs palpitent en mes paupières.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :