Poèmes

DERRIÈRE LE VOLANT

Dans le casque, ça jouait Hendrix,

Et j’étais seul,

Sur le parking d’un centre commercial.

Il y avait une canette de Redbull,

Sur l’tableau d’bord,

Et j’lisais des poèmes de Buk’,

Toujours lui,

Et j’repensais, moi aussi,

Aux différentes nanas d’ma vie.

Elles étaient loin,

Elles s’étaient tirées,

Seules, ou avec d’autres,

Des mecs meilleurs que moi,

Qui leurs suçait le sang,

Qui leurs suçait le sein.

Et les vieux qui passaient avec leurs caddies

Se demandaient

Ce que pouvait bien foutre ce mec

Dans sa voiture, derrière son volant,

Seul avec sa musique,

Et sa canette.

« On a l’impression qu’il veut gueuler dans un micro,

Qu’ils disent,

Pas chanter, non,

Juste gueuler. »

Et ils n’avaient pas tort,

Mais j’ai fermé les yeux.

Il y avait le soleil,

Qui brûlait le côté gauche

De ma tronche,

Et je me suis dit :

« D’accord, j’ai du ‘teille de Chianti,

Ce qu’il faut pour un bon apéro,

Pour un petit plat italien,

Et du gâteau. Avec des cerises, et du chocolat.

C’est parfait pour l’anniversaire de maman. »

Alors, j’ai mis le contact

Et le moteur a grondé

Avant que j’enclenche la première.

Puis j’me suis tiré,

Sans regarder tout c’qui pouvait défiler,

Dans le rétroviseur.

/ By Volk

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :